10
Juin
2013

Ai’ta! repense la signalisation « bilingue » du département du Morbihan…

dirak sez departamant ar Mor-Bihan

Devant le conseil général du Morbihan

Ai’ta! Bro Gwened a organisé une action devant l’entrée de l’hôtel du département samedi 8 juin matin. Des militants du collectif Ai’ta ! Bro Gwened se sont rendu en vélo devant les grilles de l’hôtel du département pour y accrocher des panneaux monolingues démontées sur voies vélos départementales du Morbihan.

Alors que des communes littorales comme Locmariaquer ou bien encore Lorient dotent leurs voies vélos d’une signalétique bilingue, le département installe une signalétique exclusivement monolingue sur les voies vélos dont il est responsable. Cette décision de limiter la signalisation au français remonte à une décision de 2006, confirmée pourtant en 2010, sauf pour la partie Guiscriff-Gourin afin d’assurer la continuité de la signalisation bilingue des voies vélos du Finistère qui eux sont bilingues. Récemment le Conseil Général des Côtes D’Armor vient de décider de doter également ses véloroutes d’une signalisation bilingueLe département du Morbihan continue à refuser le breton sur ses voies cyclables et devient donc le seul département dans ce cas à l’ouest de la Bretagne.

Par cette action symbolique, nous demandons au département d’instaurer un schéma cohérent en terme de signalisation bilingue dans ses différentes composantes (routière, cyclable, piétonnière, patrimoniale, touristique, économique..).

Plus globalement, nous invitons le Conseil Général du Morbihan à se doter d’une réelle « politique linguistique » avec :

  • un Agenda 21 incluant l’utilisation de la langue bretonne au sein du personnel comme en Finistère,
  • une signalisation bilingue sur les sites naturels et patrimoniaux du département comme dans ses propres bâtiments administratifs, ports de plaisance gérés par le département, embarquements vers les îles,
  • la mise en place de recommandations ou d’aides financières du département pour les collectivités prenant en compte le bilinguisme (signalisation, information à visée touristique, patrimoniale et économique comme les parcs d’activité…),
  • le soutien à la mise en place dans le département de cours de découverte de la langue bretonne (ou gallo) en milieu scolaire pour les élèves monolingues (écoles primaires),  et la mise en place d’opérations comme « quêteurs de mémoires » en Finistère pour favoriser les rencontres intergénérationnelles en breton entre bretonnants de naissance et jeunes en filière bilingue,
  • une aide au développement d’activités culturelles, sportives et de loisirs en breton (ou gallo) pour les enfants et les adolescents (activités péri-scolaires, camps de loisirs…. ),
  • un soutien au développement des structures de petite enfance bilingues,
  • la prise en compte de la langue bretonne lors des manifestations largement soutenues par le département comme la « semaine du Golfe » .
«
»

Les commentaires sont fermés.