15
Mar
2015

Le Conseil général des Côtes d’Armor rendu bilingue !

Dans le cadre de la campagne « Elections départementales et langue bretonne », une trentaine de militants et de sympathisants du collectif Ai’ta ! ont bretonnisé samedi la façade du Conseil général des Côtes d’Armor, à Saint Brieuc. Jusqu’à ce jour, la langue bretonne n’avait strictement aucune place au siège de l’assemblé départementale. Le but de cette action symbolique était d’attirer l’attention des candidats et des futurs élu-e-s sur la situation très précaire de la langue bretonne dans le département, et réclamer une véritable politique linguistique, ambitieuse et cohérente, afin de préserver et développer le breton en Côtes d’Armor.

Alors que le département avait su se montrer pionnier dans les années 1980 en installant les tous premiers panneaux bilingues de Bretagne, le Conseil général des Côtes d’Armor n’a plus aujourd’hui aucune ambition ni cohérence sur cette question. De nombreuses actions de bon sens seraient pourtant faciles à engager, sans quand cela n’ait un coût financier trop important : nommer un-e vice-président-e en charge de la langue bretonne (comme cela est déjà le cas au Conseil général du Finistère, et au sein du Conseil régional de Bretagne), instaurer une charte graphique et développer une communication bilingue et paritaire, initier une opération à destination des enfants scolarisés en filières bilingues ou immersives afin de favoriser les rencontres intergénérationnelles en breton ou en gallo (opération « Klaskerien soñjoù – Quêteurs de mémoire » en Finistère)…

Pour ce faire, une lettre et un questionnaire (cf pièce jointe) ont été adressés à l’ensemble des formations politiques présentes dans le département pour les élections de mars. Leurs réponses (et non réponses) seront publiées avant les élections sur le site internet dédié à cet effet. Mais comme l’expliquait Yann, militant du collectif, au cours de cette action : « A une semaine du premier tour, nous n’avons toujours aucune réponse d’Alain Cadec et de Vincent Le Meaux, respectivement têtes de file de l’UMP et du Parti Socialiste dans les Côtes d’Armor. Ce silence est un très mauvais signal envoyé à tous ceux qui souhaitent que la langue bretonne reste vivante dans notre département ! Il est impératif que les élus répondent « présents ! » et se saisissent de cet enjeu dès cette année, avant qu’il ne soit trop tard. »

«
»

Les commentaires sont fermés.