16
Nov
2015

Manif pour l’éducation en breton avec la plateforme SAB (Stourmomp Asambles ‘vit ar Brezhoneg)

Nous, militants d’Ai’ta ! pensons aussi qu’il est temps de rassembler l’Emsav (le mouvement breton), afin d’obtenir enfin un vrai politique linguistique de la part des services de l’éducation nationale. De tout temps, Le Rectorat de l’académie de Rennes a été l’un des plus grands opposants à toute politique éducative bilingue en Bretagne. Nous souhaitons vous rappeler ici la controverse alimenté par le Recteur d’académie, M Michel Quéré qui en 2013 s’opposait à ce que la Région traduise la devise de la république en breton, sur le fronton des Lycées, sous prétexte que notre langue était un danger pour l’unité de la France… Le Rectorat doit travailler pour l’intérêt des bretons, et de leur langue, et non contre eux. C’est pour cela, que notre collectif, demande officiellement la mise en place d’un audit et d’évaluation de sa politique publique envers la langue Bretonne. C’est notre devoir de citoyen que de demander des comptes et de la transparence. Nous souhaitons notamment savoir comment est gérée cette question en interne aux services, et ce qui se dit de notre langue dans cette institution. Car nous sommes en 2015, et nous constatons que seulement 15 000 élèves apprennent le Breton, et que tout est fait pour décourager les élèves de continuer jusqu’au Lycée. Nous exigeons que toutes les écoles soient bilingues en basse-Bretagne et là où une demande sociale existe en haute-Bretagne. Nous connaissons tous une histoire d’enseignant bilingue malmené par l’éducation Nationale. Aujourd’hui nous n’avons plus peur de parler de discrimination. Nous disons Stop !

Nous appelons tous les jeunes qui envisagent d’aller le soir du 21 Novembre au Festival Yaouank à Rennes, de rejoindre le collectif « Asambles evit ar Brezhoneg en Deskadurezh – Ensemble pour du breton dans l’éducation », à 15h00, devant la siège de la Région Bretagne, à Rennes.

Ensemble nous réussirons !

L’appel de la plateforme SAB (Stourmomp Asambles ‘vit ar Brezhoneg) :

Sans surprise la convention spécifique sur les langues de Bretagne signée en octobre 2015 entre les repésentants de l’Etat français et de la région Bretagne a clairement exprimé la volonté de l’actuelle mandature régionale et de l’Etat d’éviter à tout prix la construction d’une politique linguistique qui permette d’assurer le développement de la langue bretonne (notamment dans l’éducation). Cette convention est une coquille vide rédigée par une classe politique qui n’a aucun interêt à ce que le peuple breton se réapproprie sa langue, socialement et politiquement. Nous exigeons que les élus de la région renégocient la convention.

Nous dénonçons également la passivité et l’inaction d’une partie du mouvement culturel breton qui depuis la promesse d’une « convention spécifique sur les langues de Bretagne » (annoncée par Jean-Marc Ayrault, premier ministre, en décembre 2013) n’a pas daigné demander des comptes aux élus de la région et à l’Etat concernant cette tractation. La manifestation organisée à Carhaix le 24 octobre dernier a été un échec (2000 personnes). L’échec d’un mouvement culturel qui depuis des années a délaissé le slogan « Brezhoneg ofisiel » (Langue bretonne officielle) pour demander gentillement la ratification de la charte européenne des langues « régionales ». Les résultats sont probants… (voir le dernier refus du Sénat français)

L’Etat n’a aucun intérêt à ce que la langue bretonne se développe. Quant aux élus de la région, ils ont prouvé qu’ils n’avaient pas l’intention de faire évoluer la situation.

Par cette première manifestation nous annonçons la création de la plateforme SAB (« Stourmomp Asambles ‘vit ar Brezhoneg »), plateforme de lutte apartisane avec laquelle la prochaine mandature régionale et l’Etat français devront dorénavant composer.

Nous lançons avec force un appel aux travailleuses et travailleurs de la langue bretonne (notamment dans l’éducation) pour qu’ils s’organisent et développent entre eux des liens de lutte et de solidarité.

Nous exigeons que les élus de la région renégocient la convention et y intégrent l’ensemble des revendications suivantes :

Faire évoluer les règles de l’enseignement bilingue : suppression du seuil pour l’ouverture d’une nouvelle classe, nommer un poste entier par cycle (maternelles, cycle 2 et 3) pour les écoles en zone urbaine et pour toute nouvelle création de poste ou de classe bilingue, acter un engagement de la création d’un poste pour 3 ans. ;

Renforcer le soutien à l’enseignement associatif par immersion proposé par le réseau Diwan (financement de Kelenn et de l’accueil des élèves du second degré en internat, mise en place d’un dispositif de pérennisation des employés non enseignants, financement des travaux de rénovation,…) ;

Missionner l’Office Public de la Langue Bretonne pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de développement pluriannuel de l’enseignement bilingue et de l’enseignement de la langue bretonne pour une adoption d’ici 2017, comme le fait déjà l’Office public de la langue basque ;

Développer les sites de proximité pour la formation des futurs enseignants bilingues et mettre en place un pôle de formation bilingue dans chaque Université pour les futurs enseignants bilingues. Porter à 20 % minimum le nombre de postes bilingues ouverts au concours dès 2016 et à 40 % au terme de la convention, soit en 2020 ;

Développer au sein des ESPE (Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education) et des Universités chargés de la formation initiale des enseignant, un module d’initiation aux langues et aux cultures de Bretagne pour l’ensemble des futurs enseignants monolingues ;

Former les enseignants monolingues au breton (congés individuels de formation) ;

Généraliser l’initiation à la langue bretonne tout au long du primaire en le proposant à toutes les écoles, et atteindre, d’ici 2021, 3 heures par semaine à l’image de la Corse ;

Développer un nouveau service au sein de l’Office Public de la Langue Bretonne afin de traiter des nouvelles technologies ;

Augmenter l’enveloppe annuelle d’aide pour les formations longues afin d’atteindre 500 personnes aidées chaque année dès 2016 ;

Organiser une campagne « Quêteurs de mémoire – Klaskerien ha treizherien soñjoù »à l’échelle de la Bretagne ;

Augmenter l’enveloppe annuelle consacrée à la production de matériel pédagogique en breton (TES).

Avoir le droit de passer toutes les épreuves du brevet des collèges et du baccalauréaten breton.

Création d’au moins une crèche et d’un centre de loisir en langue bretonne par cantonet formation de personnel bilingue compétent.

Création d’un CAPES de breton unique et d’un CAPES en breton pour chaque matière(philosophie, sciences économiques et sociales, allemand, espagnol, physique-chimie, éducation physique et sportive, science de la vie et de la terre, musique, arts plastiques) ; création d’une agrégation de breton ;

Des membres de la plateforme de lutte SAB (Stourmomp Asambles ‘vit ar Brezhoneg).

* revendications déjà formulées par le collectif Ai’ta (25 septembre 2015)

«
»

Les commentaires sont fermés.