28
Fév
2016

Désobéissance civile pour la langue bretonne : ça marche !

Un militant du collectif de désobéissance civile Ai’ta!, pour la défense et la promotion de la langue bretonne, était jugé en correctionnelle ce 23 février à Vannes. Il lui était reproché le vol de totems signalétiques en français uniquement, récemment installés sur le campus de l’université de Bretagne Sud à Vannes.

Ces panneaux avaient été amenés sur le stand de l’université durant le festival interceltique à Lorient pour dénoncer la politique de l’université vis-à-vis de la langue bretonne. Malgré la plainte déposée par l’université, cette action a permis au collectif de rencontrer le président de l’université, ce qui n’avait pas été le cas jusque là malgré plusieurs courriers et actions non violentes.

Un rencontre a alors eu lieu entre l’université, le collectif et la région Bretagne qui a abouti à des engagements pour une signalétique bilingue et également des formations en langue bretonne. L’université s’est également engagée à retirer sa plainte.

La procureure a toutefois maintenu l’accusation de vol et un procès a eu lieu. L’inculpé a été soutenu le jour du procès par deux vice-présidents de la région Bretagne ainsi que par le député Paul Molac. La juge ainsi que la procureure ont déclaré durant le procès que les revendications du collectif étaient légitimes. Pour autant, après avoir constaté que le dossier ne comportait aucune preuve de vol, la procureure a demandé la requalification de l’accusation pour recel de vol. Dès lors, l’avocat du militant, maître Yann Choucq, a démontré qu’il n’y avait pas d’avantage de preuves pour recel et a demandé la relaxe du militant. Celle-ci a finalement été acceptée par la juge.

Barnadenn Renan 1

L’action du collectif Ai’ta a quand a elle permis des avancées pour la langue bretonne au sein de l’Université de Bretagne Sud. En effet, la langue bretonne vient de faire son apparition sur un certain nombre de signalétiques de l’UBS. Désobéir pour la langue bretonne, ça marche !

IMG_0056

«
»

Les commentaires sont fermés.