03
Mai
2017

Le collectif Ai’ta ! apporte tout son soutien aux militants bretonnants de Nuit debout et de Galv Plouared

En cette période sombre de campagne électorale, l’Etat Français continue son combat contre la langue bretonne. Nous en voulons pour preuve le procès qui va avoir lieu à Gwengamp-Guingamp le 12 mai 2017 prochain.

Le collectif Ai’ta !, connu pour ses actions de désobéissance civile en faveur de la langue bretonne, apporte son soutien aux 4 militants de « Galv Plouared – L’Appel de Plouared » pour 3 raisons :

  • Il est évident qu’ils sont victimes d’une flagrante discrimination : alors que des dizaines de personnes avaient bloqués les rails de Plouared lors de la contestation contre la Loi Travail, il se trouve que seuls 4 brittophones sont poursuivis, sans preuve de leur présence ou participation à ces manifestations. Pour nous il est clair que leur engagement en faveur de la langue bretonne et leur capacité à s’exprimer en breton ont été un des facteurs aggravant retenu par le Procureur. Nous rappelons que les discriminations linguistiques sont interdites par les lois françaises, européennes et internationales. Notamment depuis le 18 novembre 2016, l’article 225 du code pénal, modifié par la loi n°2016-1547 indique :« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement de leur origine, de leur sexe, […] de leur capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français […]. «
  • Ensuite, nous apportons aux militants nos vifs encouragements à vouloir témoigner au tribunal dans leur langue vernaculaire, à savoir le breton, comme le font régulièrement les militants d’Ai’ta ! convoqués par la justice. Nous rappelons d’ailleurs au juge qu’il n’est pas interdit de parler une langue régionale dans un tribunal et que cela est à « la libre appréciation du juge »… Nous saluons l’initiative : quoi de plus normal de s’exprimer en justice dans la langue que l’on parle tous les jours. Ce qui est le cas pour ces 4 personnes.
  • Enfin, « Galv Plouared – L’Appel de Plouared », fait clairement références aux luttes sociales conduites dans le Tregor et plus spécifiquement les luttes pour la langue bretonne qui ont eu lieu précisément dans la même gare. Le collectif Ai’ta !, qui milite depuis 11 ans pour l’introduction du breton dans les trains et les gares, est naturellement aux côtés de ceux qui œuvrent pour la diversité linguistique et culturelle dans la SNCF et dans les gares bretonnes.

En soutien à ces militants, et afin de dénoncer le travail permanent de l’Etat et de la SNCF contre la langue bretonne, le collectif Ai’ta ! invite ses membres, sympathisants, et les amis de la langue bretonne :

  • à participer à la manifestation de soutien le 6 mai, à 11h en Gare de Gwengamp-Guingamp,
  • à se rendre au tribunal de Gwengamp-Guingamp le 12 mai, dès 8h30, pour assister et épauler les militants,
  • à participer au concert de soutien, le 12 mai au soir, au Dibar à Plougonver,
  • à verser des dons à Skoazell Vreizh, qui prend en charge les frais d’avocats. Sans solidarité, il n’y aura plus de militants.
«
»

Les commentaires sont fermés.